Intel Security s'attaque à la sécurité des objets connectés

Publié le 2017-03-02 07:10:00

Malgré l’adoption croissante d'objets connectés, 42 % des Français disent ne pas savoir si l’un de leurs appareils connectés a déjà été corrompu. Si aujourd'hui les consommateurs ont bien conscience de la vulnérabilité des appareils traditionnels (ordinateurs portables, téléphones, tablettes, etc.), ils doivent maintenant mesurer les risques auxquels sont aussi exposés les objets connectés (télévisions, enceintes, voitures, etc.).

Cette prise de conscience doit aussi s’opérée du côté des constructeurs pour que la sécurité soit désormais intégrée dès la conception de tout appareil connecté. "Avec la 5G et les maisons intelligentes connectées de demain, le volume de connexion et de données ne fera qu’augmenter, tout comme notre dépendance à l'égard des applications pour contrôler notre environnement familial, explique Raj Samani, CTO EMEA d’Intel Security. C’est pour cela que nous devons garantir la sécurité de chaque point de contact, depuis le réseau au routeur, en passant par les appareils eux-mêmes ainsi que les applications et le contrôle logiciel". 

Pour répondre à l’augmentation du nombre d’appareils connectés par foyer, Humax, Intel et Intel Security ont conclu un partenariat visant à garantir la fiabilité et la sécurité des connexions Internet au sein de l’habitat. Ainsi, le routeur Quantum T9 d’Humax intègre désormais McAfee Secure Home Platform pour assurer la protection de toutes les connections d’appareils au réseau local. L'utilisateur peut par ailleurs activer le contrôle parental ou encore recevoir des alertes en temps réel en cas de menaces potentielles détectées sur le réseau.

Sachez d'ailleurs que la menace peut aussi venir des applications proposées dans les app stores. Les données télémétriques collectées par McAfee Labs montrent que plus de 500 000 appareils connectés disposent toujours d’applications dites mortes, c’est-à-dire des applications supprimées officiellement des app stores en raison de risque de sécurité. En 2016, plus de 4 000 applications ont été supprimés de Google Play, sans que pour autant que les consommateurs en soient avertis. Un exemple récent est celui du voleur de mot de passe qui a été délivré via Google Play comme un outil permettant d’augmenter le nombre de followers sur Instagram et d’en analyser son utilisation. Ce programme malveillant poussait en réalité les utilisateurs vers un site de phishing, avec un design simple qui le rendait difficilement reconnaissable d’un vrai site, qui récupérait les identifiants de l’utilisateur.

La protection des données personnelles commence par quelques gestes simples : 


Copyright © 2009 LaVieNumerique - All right reserved