Accueil > C DANS L'AIR...
Version imprimable Facebook Twitter

Cadeaux de Noël : la revente se généralise

2 internautes français sur 3 pensent que les gens finiront par trouver normal le fait de revendre ses cadeaux de Noël. Une véritable évolution de la société ? PriceMinister publie un baromètre sur le sujet et fait appel à un anthropologue, Dominique Desjeux, pour analyser le phénomène et ses causes.

La revente des cadeaux progresse incontestablement, passant de 13,6 à 20,2% entre 2009 et 2010. De plus, la quasi-totalité des « revendeurs » récidive, indique le 5e baromètre annuel de la revente des cadeaux de Noël, réalisé par Vovici.com pour PriceMinister en novembre dernier sur 1368 personnes représentatives de la population des internautes français acheteurs en ligne. Fait surprenant : une bonne moitié des interrogés se dit bienveillante à l’égard de celui qui revendrait le cadeau offert, y compris les parents vis-à-vis de leurs enfants, et ce quelle que soit la cause de la revente pour 32,8% des parents. Autre fait notable : près d'un revendeur de cadeaux sur 4 (23,6%) pense revendre son cadeau de type livre ou DVD une fois qu’il s’en sera servi.

Revendre ses cadeaux, c’est donc une idée qui est bel et bien rentrée dans les mentalités ! En effet, le baromètre PriceMinister montre que même ceux qui ne sont pas encore passés à l’acte y pensent : ils sont 59,1% en 2010, contre 42,9% en 2009. 63,6% des sondés, soit près de 2 personnes sur 3 estiment même que les gens finiront par trouver le fait de revendre ses cadeaux normal. Et le nombre de réfractaires diminue, avec 32,6% des répondants qui trouvent l'idée choquante, contre 33,3% en 2009. Néanmoins, seuls 14,9% des gens avouent leur « méfait » à l’acheteur du cadeau.

D’après Dominique Desjeux, anthropologue de la consommation, Professeur à la Sorbonne (Université Paris Descartes), plus le cadeau est pertinent et offert par un être proche, moins il est « revendable ». Par ailleurs, « la transformation des familles et du couple depuis 30 ans » permet la remise en circulation des objets, et notamment leur remise sur le marché. Enfin, la crise économique est, sans surprise, l’une des causes de la revente des cadeaux, notamment chez les classes moyennes, en particulier les employés, mais aussi les cadres et professions libérales et les sans emploi. « La norme sociale vis-à-vis de la revente des cadeaux est en train de fortement évoluer », conclut Dominique Desjeux.

mercredi 22 décembre 2010
0 1 2 3 4 5
Nouveau commentaire :
Les rubriques